+32471661184 info@clicairport.be
Explorer la Birmanie pendant les vacances : 3 choses à ne surtout pas rater

Explorer la Birmanie pendant les vacances : 3 choses à ne surtout pas rater

Se rendre en Birmanie pour les prochaines vacances, voilà un projet qui serait intéressant de concrétiser. Le Myanmar regorge en effet de nombreux sujets de découverte qui méritent tout à fait d’être connus. Pour la plupart, ce sont des choses qui ne se rencontrent pas du tout dans le monde occidental. D’une manière générale, il faut même dire que la Birmanie propose des sites et des activités qui enchanteront très certainement les étrangers passionnés de culture étonnante.

La cuisine birmane

La gastronomie est en premier lieu l’une des valeurs culturelles incontournables d’un pays. La Birmanie présente toutes sortes de spécialités culinaires qui captiveront l’attention des gourmets. La gastronomie locale propose des plats variés et assez complets, que les vacanciers viendront déguster dans les stands de street food, et aussi dans les petits restaurants familiaux.

Dès le petit-déjeuner, les voyageurs auront l’occasion de goûter à des spécialités savoureuses. L’expérience de la cuisine birmane transportera le vacancier vers la découverte de différents goûts et différentes couleurs. Prestige Voyages Birmanie est une de ces agences qui offrent la possibilité aux voyageurs de parcourir les contrées birmanes au gré de leurs envies.

spécialité culinaire de birmanie

La Cité d’Or

Mandalay est une des étapes les plus célèbres d’un circuit de visite classique de la Birmanie. Également connue sous le nom de « Cité d’Or », cette ville est surtout réputée pour son animation. En effet, les rues de Mandalay sont toujours pleines de vie. La visite de cette municipalité birmane est une occasion à ne pas rater pour faire une rencontre intéressante avec la population locale. Ce sera aussi une opportunité à saisir pour en savoir davantage sur le mode vie des autochtones. À travers l’exploration de Mandalay, les vacanciers s’imprègneront du quotidien des Birmans.

Par ailleurs de nombreux monuments sont à découvrir dans la ville. On peut entre autres citer :

Le Palais royal de Mandalay : ou Mandalay Palace a été le palais de la dernière monarchie birmane. Construit en 1857, le bâtiment présente une architecture singulière. Il est à noter que prendre des photos est interdite dans l’enceinte et que les visiteurs pourront accéder au site, uniquement par la porte est.

Le pont U Bein d’Amarapura : la construction est entièrement faite de tek. Le pont U Bein est localisé sur le lac Taungthaman et a été édifié durant le transfert de la capitale de la Birmanie, dans la ville de Mandalay, en 1849.

Les îles Mergui

Les passionnés de voyage connaissent à coup sûr la Birmanie pour ses sites culturels et aussi archéologiques. Pourtant ce ne sont pas les seuls trésors de cette destination. Un bon nombre de choses sont à découvrir dans le pays. L’une d’elles auxquelles les vacanciers ne s’attendent peut-être pas est les îles Mergui. Ce petit archipel qui se situe au littoral occidental de la péninsule Malaise constitue également un endroit à ne surtout pas manquer lors d’un séjour au Myanmar.

Les îles Mergui cassent quelque peu l’image conventionnelle d’une Birmanie campagnarde. Les vacanciers y verront dans l’archipel, un site où ils pourront tout à fait passer une escapade dans un cadre exotique, avec du soleil et des étendues de sable immaculé. Les visiteurs des îles Mergui auront le plaisir de s’adonner à diverses activités nautiques telles que le snorkeling et bien d’autres encore.

Visiter Madagascar et découvrir ses merveilles naturelles

Visiter Madagascar et découvrir ses merveilles naturelles

Madagascar a toujours été une destination à privilégier pour les passionnés de découvertes naturelles. La Grande Île est en effet un écrin de trésors qui valent tout à fait le détour. Des sites naturels époustouflants sont notamment à découvrir sur place. Le patrimoine naturel du pays présente de nombreux sujets qui combleront tout à fait la soif d’observation des vacanciers. Parmi les endroits naturels les plus incontournables, en voici trois à inscrire absolument dans un circuit à Madagascar.

Le parc de l’Isalo

Les vacanciers qui souhaitent profiter d’un dépaysement durant un séjour à l’étranger auront tout intérêt à opter pour une escapade sur le territoire malgache. En fait, le pays propose de nombreuses perspectives de découvertes hors du commun. Le patrimoine naturel malgache est réputé à travers le monde pour ses diverses richesses qui sont pour la plupart, à rencontrer exclusivement dans les contrées de la Grande Île.

Le parc national de l’Isalo qui s’inscrit dans la majorité des circuits de voyage à Madagascar présente entre autres des spécificités qui captiveront très certainement les passionnés de nature. Doté d’un cadre digne des plus célèbres films de western, le parc en question présente une biodiversité intrigante. Sa visite est notamment proposée par Marco Vasco Madagascar. Les voyageurs pourront y observer une faune et une flore, caractéristique des régions arides.

Toutefois, il est possible pour les visiteurs du parc de s’accorder une parenthèse rafraîchissante au sein du parc national, grâce aux piscines naturelles qui sont à trouver sur place. Ces merveilles de la nature malgache offrent l’opportunité aux visiteurs du parc national d’Isalo de s’accorder une baignade bien méritée après une randonnée sous le soleil.

La forêt primaire de Marojejy

La forêt primaire de Marojejy se situe plus précisément dans le nord-est de la Grande, île, dans la région Sava. Le site est surtout réputé pour sa grande richesse en matière d’espèce végétale. La forêt primaire de Marojejy en question est en effet un véritable petit coin de paradis pour les passionnés de botaniques. On dénombre pas moins de 2 500 espèces de plantes dans l’enceinte de la forêt.

Par ailleurs, une faune importante composée de nombreuses espèces d’oiseaux endémiques, mais aussi des fameux lémuriens de Madagascar. La forêt primaire de Marojejy est en somme l’endroit idéal pour faire de l’écotourisme dans la Grande Île. Ceux et celles qui apprécient également les sports en plein air, seront ravis de constater que Marojejy leur propose de belles séances de trekking , et aussi de rafting.

Le parc national de Masoala

Toujours dans la partie nord-est de Madagascar, le parc national de Masoala est également un lieu incontournable pour une découverte des merveilles naturelles de cette destination. Le site est d’ailleurs inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le parc comporte entre autres deux parties distinctes. D’une part, on a la partie terrestre qui s’étend sur environ 2 300 km² de superficie. Cette partie abrite notamment une bonne part du patrimoine végétal de tout le pays.

La faune des lieux reste aussi un bon sujet de découverte pour les visiteurs du parc national de Masoala. On y trouve par exemple des espèces rares comme le vari roux, la grenouille tomate ou encore le fameux aye-aye. D’une autre part, le parc national de Masola est notamment composé d’une zone marine qui couvre une surface de 100 km². Cette zone constitue le plus important site marin de Madagascar et est peuplée de mangroves et aussi de marécages.

Séjour au Sri Lanka : top 3 des plus beaux parcs où faire du safari

Séjour au Sri Lanka : top 3 des plus beaux parcs où faire du safari

Pays insulaire du sud de l’Inde, le Sri Lanka constitue une destination de choix pour les passionnés d’histoire et de culture. En effet, le pays est surtout connu pour ses ruines bouddhistes, ses temples, mais également ses villes historiques comme Anuradhapura. Mais les charmes du Sri Lanka ne s’y limitent pas seulement. Le Sri Lanka possède environ 26 parcs nationaux et réserves qui ont de quoi satisfaire les amoureux de la nature. Ci-après 3 des plus beaux parcs où faire du safari au Sri Lanka.

Visiter le parc national d’Udawalawe

Udawalawe est l’un des parcs les plus populaires de tout le Sri Lanka. Il se trouve au sud de l’île et s’étend sur plus de 308 km². Les lieux se caractérisent par une plaine tropicale et un lac artificiel avec comme toile de fond les hautes montagnes de l’Uva. Si vous souhaitez observer les animaux dans leur habitat naturel, le parc constitue une destination de choix. Le site est bien connu pour la diversité des espèces et pour le calme qui y règne.

En ce qui concerne la faune, il est possible d’y observer des buffles d’eau, des cerfs, des crocodiles et des éléphants d’Asie. Avec sa population, le parc propose des airs de savane africaine. Comme le site est populaire, il est souvent assiégé par les touristes durant la haute saison. Pour vous assurer de visiter le parc en toute tranquillité, pensez à organiser votre séjour avec une agence de voyages qui saura choisir le meilleur moment pour la visite. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Explorer le parc national de Yala pendant son séjour au Sri Lanka

Que vous soyez un amoureux de la nature ou non, il est impossible de visiter le Sri Lanka sans passer par ce parc. En effet, il s’agit de l’un des plus célèbres parcs de tout le pays. Le site impressionne par la diversité de son paysage. Il se caractérise par une grande variété d’écosystèmes à savoir la côte littorale, les forêts humides et les collines.

Côté faune le parc est connu pour sa population de léopards sauvage et près de 44 espèces de mammifères et 215 espèces d’oiseaux y ont été recensées. Comme le parc national d’Udawalawe, Yala est également victime de sa popularité. Pour éviter les foules, lors de votre visite, vous pouvez visiter le site hors saison (durant la saison humide) ou encore éviter les week-ends et les jours fériés.

Découvrir le parc national de Wilpattu

Le parc national de Wilpattu est le plus grand parc de tout le Sri Lanka. Il se trouve à une trentaine de kilomètres d’Anuradhapura. Le parc a la particularité d’abriter des « willus ». Ce sont des bassins naturels qui sont bordés de sable. Il est bien connu auprès des amateurs de faune sauvage. Le parc abrite une importante population de léopards sauvage d’éléphants et d’ours malais.

Abritant différentes espèces d’oiseaux comme les aigles huppées, les shikras, les aigrettes et bien d’autres, sa visite peut également ravir les amateurs d’ornithologie. Il est à noter que le parc est bien moins fréquenté que les autres cités ci-dessus. Il est donc parfait pour observer les animaux loin des touristes de masse, même durant la haute saison.

Comment économiser un max pendant les vacances à Madagascar ?

Comment économiser un max pendant les vacances à Madagascar ?

Voyager est pour certains d’entre nous une nécessité. C’est le moyen par excellence pour s’évader, et partir pour l’aventure. Mais même si l’on dispose d’un budget suffisant pour se rendre dans un pays, on ne roule pas sur l’or, et on souhaite dans la mesure du possible, limiter la sortie d’argent. Si vous partez à Madagascar pour vos vacances, voici quelques moyens pour dépenser moins.

Voyager à Madagascar en basse saison

Pour certains, il n’est pas évident de séjourner dans un pays en basse saison. Mais il faut souligner que cela présente de nombreux avantages. En effet,  durant cette période, peu de touristes voyagent à Madagascar. Par conséquent, il y a une baisse sur les billets d’avions. Mais ce n’est pas tout. Le coût des chambres d’hôtels, lui aussi, connait une diminution pendant la basse saison. Il en est de même pour le tarif des activités. En plus, à ce moment, vous n’aurez pas à faire une longue queue pour obtenir des billets.

N’oubliez pas de définir un budget avant le départ. Cette étape est très importante. Déterminez d’une manière très précise comment vous allez répartir les dépenses entre l’hébergement, le mode de déplacement, les activités à faire et les alimentations. N’ayez pas juste une estimation en tête. Élaborez cela sur un fichier Excel. Par ailleurs, procurez-vous d’avance d’un carnet où vous écrirez toutes les sorties d’argent pendant le séjour.

Réduire la facture sur les modes de transport

A Madagascar, vous avez accès à différents moyens de transports. La location de véhicule est une option envisageable, pour vous rendre d’un point à un autre. Toutefois, pour économiser, ce mode de déplacement est déconseillé. Misez plutôt sur les transports en commun. Il est vrai qu’avec les « taxibe » et les « taxi-brousse », on se déplace très lentement, mais ils sont peu coûteux et très pratiques. A part cela, avant de partir pour un Madagascar holidays, faîte des recherches pour savoir s’il y a des activités gratuites dans la région où vous allez. À titre d’exemple, la randonnée dans certaines montagnes, qui vous évitera de dépenser de l’argent. Pour vous passer d’un guide, prenez le temps de cueillir des informations sur l’endroit que vous visitez.

Se passer des restaurants

En vacances, on a cette habitude de s’arrêter pour manger à chaque fois un petit quelque chose dans un restaurant. On veut à tout prix remplir le ventre avec la spécialité locale. Mais si l’on veut économiser, il faut se défaire de cette tendance. Apprenez à vous contrôler, et faites des plats faits maison. Certains lieux d’hébergement fournissent aux touristes tout le matériel pour pouvoir cuisiner. Profitez de cette opportunité. Procurez-vous de produits frais au marché et concocter un repas pas cher. Mais si vous tenez à manger dans un resto, optez pour un établissement à prix raisonnable. À part cela, évitez d’acheter des choses inutiles sur place. Si vous voulez rapporter un petit souvenir de votre voyage, misez sur les artisans locaux qui proposent des objets fascinants à très bon prix. Fuyez les boutiques de souvenirs.

Déconfinement : pourras-t-on partir en vacances cet été ?

Déconfinement : pourras-t-on partir en vacances cet été ?

Coronavirus : pourras-t-on partir en vacances cet été ?

Depuis près d’un semestre, le monde connaît une crise sanitaire qui sévit sans aucune retenue dans toutes les régions de la planète. Les retombées en rapport avec cette forte menace pandémique restent toujours aussi énormes. Des voyages fréquents, soit pour les affaires ou pour le social, aux déplacements routiniers pour assurer l’auto-survie des ménages, rien n’a été laissé pour compte. Le Coronavirus a plongé l’humanité dans un long moment d’inactivité dont elle se remet peu à peu.

Désormais, les formes d’inquiétudes qui prennent le dessus concernent notamment la levée des restrictions des déplacements. Qu’en est-il donc ?

 

État des lieux au sujet de la pandémie dans le monde

Le monde s’est retrouvé de plein fouet au milieu de l’une des plus grandes guerres sanitaires de l’histoire face au Coronavirus. Ayant atteint un nombre impressionnant de personnes, cette pandémie compte à son actif plus de trois cent mille morts. Cette situation a poussé plusieurs gouvernants à confiner leur population et limiter les déplacements. Un bouleversement soudain et progressif s’est installé dans les habitudes des populations qui ont, depuis lors, changé leur mode de vie. Toutefois, la pandémie connaît lentement, mais progressivement, son épilogue dans certaines zones du globe.

En conséquence, certains États ont, grâce aux précautions en vigueur, on su atténué sa propagation dans la mesure du possible. Assignées à domicile, c’est-à-dire confinées, les populations de toutes les catégories socio-professionnelles des pays concernés ont dû observer les gestes barrières en vue de se protéger. Les recherches en laboratoire et les essais cliniques se sont succédé dans le temps pour élaborer une solution efficace contre ce mal.

Aujourd’hui, on observe l’adoucissement dans la riposte engrangée par les États en ce qui concerne la circulation des personnes et des biens. Chacun essaie de vivre du mieux qu’il peut, de retrouver son rythme quotidien quoiqu’en exige la maladie.

Les activités humaines retrouvent à pas de tortue leur dynamisme. Cela n’est toutefois pas suffisant pour autoriser immédiatement les voyages durant ces vacances d’été.

 

 

drapeau européen

 

 

Vacances d’Été et possibilité de réouverture des frontières : qu’en est-il ?

Avec l’expansion et l’arrivée de la crise du Covid-19 en Europe, les mesures qui ont été prises pour la sécurité sanitaire des populations ont mis un gros stop à la plupart des activités touristiques. Également, plusieurs autres secteurs de l’économie ont connu de gros ralentissements dans leur rendement. La limitation au strict nécessaire dans le trafic international dans le but de réduire la propagation du virus est devenue une entrave pour le développement du commerce international et, par conséquent, pour l’économie.

Alors qu’on se rapproche à grands pas de la période des vacances d’été, plusieurs gouvernements lancent des processus de déconfinement progressif. C’est le cas notamment de la France, l’Espagne, et de l’Italie. L’objectif visé par ces mesures de déconfinement, c’est de relancer certaines activités essentielles et sauver l’économie nationale. Ainsi, une ouverture des frontières n’est donc pas exclue dans les prochains jours ou les prochaines semaines. Ce qui est évident actuellement, les fermetures européennes sont fermées jusqu’en mi-juin.

Malgré les incertitudes concernant l’évolution de la pandémie, certains pays annoncent d’ores et déjà des ouvertures futures pour la deuxième moitié de juin ou le mois de juillet. Pour d’autres, c’est le moment de réduire les restrictions imposées en ce qui concerne la circulation des citoyens sur le territoire européen. Dans ces cas-là, l’ouverture future des frontières dépendra en grosse partie de la réaction des populations, du respect des mesures de distanciation prises et de l’avancée de la maladie.

Cela dit, il faudra faire preuve de patience et respecter le plus possible les dispositions prises pour la sécurité sanitaire. C’est à ces conditions que les voyages d’été peuvent être espérés.

 

 

Transport et hébergement : possibilités et précautions prises

Depuis que la pandémie du Covid19 s’est déclarée, les transports en commun, principalement aériens, ont été limités voire annulés sur tous les continents. Des mesures strictes sont prises dans les hôtels afin d’assurer la santé et la sécurité de tous. L’objectif est d’éviter toute contamination fortuite lors d’un voyage, ce qui peut entraîner une augmentation exponentielle du nombre de personnes atteintes. Cependant, il est tout à fait possible d’avoir accès à ces infrastructures, dans une certaine mesure.

 

Le transport aérien

En avion, les mesures restrictives prédominent, limitant le déplacement des populations à des cas précis d’urgence ou d’autorisation spéciale. Ainsi, toute personne voulant prendre un vol doit pouvoir prouver qu’elle n’est pas atteinte du Coronavirus. De plus, le respect des gestes barrières (le port du masque, le lavage des mains, la distanciation sociale, etc.) est toujours en vigueur et rigoureusement contrôlé. Certaines mesures ont été prises à cet effet.

Il s’agit notamment du marquage au sol pour réglementer la distance physique, les distributeurs automatiques de gel hydro-alcoolique, etc. En outre, des caméras thermiques sont installées pour prendre la mesure à distance des personnes, ainsi qu’un service de prise de température des passagers avant la montée dans l’avion.

 

Le transport terrestre

Les voyages en bus, taxis ou autres transports en commun terrestres sont limités à un nombre restreint de passagers, afin de respecter la distance d’1 mètre recommandée. Une désinfection journalière de ces véhicules est faite pour limiter au maximum la propagation du virus. Par ailleurs, le port des masques, lavage ou désinfection des mains, etc., sont des mesures également prises dans ces transports. Elles devront être respectées par tout individu désireux de prendre un de ces moyens de déplacement.

 

L’hébergement

Les hôtels ne sont pas du reste dans la limitation de la propagation du COVID-19. En effet, les mesures sécuritaires y sont respectées avec le maximum de rigueur possible. Après le passage d’un client, l’appartement ou la chambre d’hôtel est désinfectée de fond en comble pour éviter la contamination du client suivant. Par ailleurs, le room service est averti et met tout en œuvre pour vous faire passer un séjour tout aussi sécuritaire que plaisant.

 

Taxis navettes : une alternative sécurisée qui régularise vos déplacements

Face à la crise sanitaire actuelle, il est plus opportun et sûr de se référer aux taxis navettes aéroports plutôt qu’à un simple transport en commun. En effet, ils offrent une option efficace de prévention et de prise en charge des voyageurs arrivant dans un pays de destination. Les services que propose ce genre de véhicule sont d’ordre privé. Vous avez le choix entre prendre seul, une voiture pour vous rendre n’importe où à partir de l’aéroport. Sinon, vous pouvez aussi préférer un taxi navette en commun si vous êtes en groupe, offrant plus de sécurité et de confort que les bus de la ville.

Selon votre décision, le service offert s’adapte parfaitement à vos besoins et vous n’avez pas à gérer le stress de la présence d’inconnus à vos côtés. Par ailleurs, les chauffeurs de ces taxis disposent d’une excellente qualification. Ils sont à votre disposition pour vous emmener où vous voulez en toute sécurité et dans une ambiance sereine.

Face au Covid19, le monde est au ralenti mais, pas en mode stop. Voyager est bien évidemment possible. De même, vous pouvez faire des réservations pour votre hébergement ou prendre un véhicule comme les taxis navettes. Cependant, cela est limité qu’à un nombre restreint de personnes et sur des autorisations particulières. Les voyages de vacances ne pourront être effectués qu’après la réouverture des frontières annoncées par certains pays, en juin ou juillet. Dans tous les cas, veillez à mettre en pratique les gestes barrières recommandés par l’OMS et respectez les dispositions prises ou imposées par les divers États.

Comment les prix des taxis sont calculer ?

Comment les prix des taxis sont calculer ?

Vous avez pris un taxi et arriver à destination le montant à payer vous semble exagéré. Vous voulez vous déplacer, mais comme vous êtes une personne prévoyante, vous aimeriez calculer à l’avance le coût de votre trajet en taxi. Ainsi, comment calculer les prix des taxis ? Rassurez-vous, ce n’est pas compliqué, il s’agit de prendre en compte certains facteurs déterminants. Nous vous disons tout sur comment effectuer le calcul de vos trajets en taxi.

 

Comment calculer les prix des taxis ? : Les principaux éléments à prendre en compte

 

Le prix de votre trajet  est défini par le taximètre ou compteur, tous les taxis ont l’obligation d’en avoir un. Pour calculer le coût de votre trajet, ce compteur kilométrique se base avant tout sur la distance parcourue et le temps que vous avez passé dans le taxi. Néanmoins, d’autres éléments sont pris en compte dans ce calcul.

  • La prise en charge

C’est le montant inscrit à l’allumage du compteur. Lorsque vous sollicitez un taxi, la distance effectuée du point où il se trouve jusqu’à vous est comptabilisée.

  • Le coût au kilomètre

Il est déterminé par le nombre de kilomètres parcourus jusqu’à la destination. Il varie selon le jour et l’heure. Si vous le prenez de nuit, la course vous coûtera plus cher qu’en journée. Le principe est le même selon qu’un jour soit ouvrable ou férié. À ce tarif s’ajoute la prise en charge.

  • Le coût horaire

Cette tarification s’enclenche si le taxi se déplace lentement. Pour que le compteur continue de comptabiliser au kilomètre, il faudrait rouler à une vitesse normale. Une fois que ce n’est plus le cas (lors d’une congestion routière ou d’un feu rouge), le coût à l’heure s’active. Le coût à l’horaire est uniquement appliqué durant cette période et revient par la suite au kilomètre.

 

Les facteurs supplémentaires qui interviennent

 

Les tarifs appliqués par les taxis sont administrés des suites d’un arrêté régional. Ainsi ils respectent une grille définissant les taux à payer par régions. Si vous voulez calculer le prix de votre trajet, il est donc nécessaire de connaître les taux de votre région. Toutefois, il y a une exception pour par exemples en France dans le département de Seine-et-Marne, les taxis conventionné à Melun dont les prix sont forfaitaires ou les taxis parisiens, car ils étendent leurs services sur la plus grande partie du territoire. Du coup, la grille dépend du taxi auquel vous faites appel selon qu’il soit de Paris ou d’une province.

La grille tarifaire des taux par département est disponible sur le Net. Par exemple si vous êtes du département de l’Isère et que vous voulez vous déplacez un lundi matin, les taux en 2019 étaient les suivants : prise en charge est de 2,80 €, coût au kilomètre aller simple en journée du lundi au samedi 1,94 € et coût horaire jour 28.35 €. Ainsi, pour un trajet de 5 km vous feriez 2,80 € + 1,94 € x 5 km. Vous auriez donc à payer 12,5 € sans embouteillage. Dans le cas contraire, il faudrait ajouter le coût horaire.

Hormis ces éléments, d’autres frais peuvent s’ajouter lorsque vous montez à 4,8 personnes ou avec un animal domestique, la prise en charge des taxis aéroports dans un aéroport ou dans une gare, le fait de demander un taxi par mobile ou d’avoir plus d’un bagage.

Vous pouvez désormais savoir comment les prix des taxis sont calculer ?  et éviter de payer plus que ce que vous coûtent réellement le prix réel de votre trajet. Toutefois, si vous n’y arrivez toujours pas, des simulateurs sont disponibles sur le Net.